Après avoir profité de la beauté de la baie d’halong maritime, nous prenons le chemin de la baie d’Halong terrestre : Tam Coc, située dans la région Nord-Centre du Vietnam.

Après 6 heures de trajet (bus -> bateau -> bus), le bus nous dépose au centre du village de Tam Coc, au beau milieu d’un après-midi ensoleillé. Nous retrouvons les pains de sucres de la baie, mais cette fois à leurs pieds, des rizières aux lueurs anisées s’étendant à perte de vue.

Tam Coc et ses attractions

Pour nous donner une certaine idée de ce lieu, il suffit de reprendre les quelques mots du roi Tran Thai Tong, qui a régné sur le royaume entre 1255 et 1258 :

« Quiconque est venu dans ce lieu
Dira certes, que le Paradis de l’Ouest n’est pas aussi loin
Ne vaut-il pas mieux y passer ses jours
Le temps oublié, la vie terrestre écartée ! »

Tam Coc - Baie d'Halong Terrestre

Tam Coc – Baie d’Halong Terrestre

Ici, des milliers de pains de sucre émergent des rizières, entourent des villages et se reflètent dans les eaux limpides des rivières. Le plus beau tableau du lieu s’observe au couché du soleil, lorsque le soleil orangé vient caresser les pics karstiques et se refléter dans les rizières remplies d’eau.

Descendre, puis remonter la rivière en Sampan

Xoai (réceptionniste de notre hôtel) nous conseille de faire une balade en sampan, sur une rivière alternative à celle de l’embarcadère du village, jugée trop touristique selon elle. Promesse tenue : à quelques minutes à pieds de notre hôtel se trouve une petite rivière peu fréquentée par les touristes, où les balades ne sont qu’à 60 000 dongs (= 2,5€) pour 1 heure 30 de sampan. Nous sommes en effet bien loin des 390 000 demandés sur la rivière principale.

Une fois à bord, nous serpentons à travers des rizières et passons successivement à travers trois grottes creusées dans les pains de sucre, avec le clapotis de l’eau sous les rames pour seul fond sonore. De chaque côté de la rivière, nous assistons aux scènes de travail minutieuses qu’impliquent la plantation du riz. Les pieds dans l’eau boueuse jusqu’aux genoux, les femmes plantent à la main un par un les plants de riz.

Nous admirons également la dextérité avec laquelle notre rameuse alterne la conduite du sampan avec les mains et les pieds. Malheureusement, à notre arrivée au bout de la rivière, celle-ci tente de nous vendre des petits objets hors de prix qu’elle aurait soit disant elle même fabriqué, que nous retrouverons plus tard dans toutes les boutiques de la ville. Malgré notre refus, celle-ci insiste et nous demande 200 000 dongs de pourboire tout au long du chemin retour…Notre agréable balade aura finalement été entachée par cet insistance impolie et malhonnête.

Promenons-nous… Dans les rizières

Le deuxième jour, nous décidons de louer un scooter pour arpenter les alentours. La région foisonne de petits villages qui nous immergent dans un Vietnam plus rural, plus paisible, où le temps semble s’être arrêté. Nous empruntons des petits chemins de terre nous menant au beau milieu des rizières, où nous croisons buffles d’eau, chèvres, canards, et autres animaux de la campagne. A chaque changement de décor, nous nous arrêtons pour contempler le paysage et observer les femmes travailler.

Explorer la Grotte de Jade (Pagode de Bich Dong)

Construit au XVIIIe siècle, cet édifice religieux est très fréquenté par les touristes Vietnamiens venant en pèlerinage à Tam Coc. Selon la légende, en 1705, deux bonzes supérieurs partis pour propager le bouddhisme dans la région ont remarqué que ce terrain était au centre de 5 montagnes, les entourant comme 5 pétales de lotus. Ils ont alors décidé d’y construire 3 pagodes, une inférieure, une moyenne et une supérieure. Alternant entre grottes et paysages extérieurs (offrants une vue imprenable sur Tam Coc), la visite se fait dans une atmosphère à la fois sereine et mystérieuse, accentuée par les parfums boisés des encens. Un incontournable pour mieux comprendre la culture bouddhiste.

Escalader la montagne pour en admirer la vue

Pour clôturer notre journée en scooter, nous passons par le village de Mua Caves, où se dresse une montagne dont le point le plus haut offre une vue panoramique sur les villages et rivières aux alentours. Pour accéder au point culminant, quelques 500 marches doivent être enjambées, voire escaladées à certains endroits.

NB : De nombreux « faux » agents de sécurité réclament des frais de parking d’environ 10 000 dongs avant les entrées officielles des lieux touristiques et culturels, parfois même en bloquant l’entrée aux touristes. Certains nous ont demandé jusqu’à 50 000 dongs pour garer notre scooter et entrer dans une pagode, alors que toutes les pagodes et parkings sont gratuits au Vietnam. Une fois le stratagème intégré, nous passons devant eux sans nous arrêter, malgré leurs grands signes et parfois, grands cris !

Dormir à Tam Coc

Anna Tham Hotel restera de loin notre plus grand coup de coeur humain du Vietnam. Sous son toit co-habitent 4 générations : petits-enfants, arrières petits-enfants, oncles-tantes, cousins, et grand-parents. Toute la famille fût d’une gentillesse sincère et d’une grande bienveillance à notre égard, malheureusement trop rare au Vietnam. Les membres de la famille parlent l’anglais et le français, ce qui a facilité notre communication et nous a permis de faire connaissance.  Mention spéciale pour Xoai, ce petit bout de femme de notre âge avec le coeur sur la main, qui restera l’une de nos plus belles rencontres du Vietnam.

Le dirigeant (oncle Tham), est également venu nous chercher de lui même à notre arrivée en ville, pour nous éviter de marcher les 3km qui séparent l’hôtel du centre ville de Tam Coc. Enfin,  Xoai et sa famille nous ont porté compagnie le soir de notre départ en attendant le bus qui avait plus de 2 heures de retard, et ont même fait venir le bus jusqu’à l’hôtel pour nous éviter de marcher jusqu’à l’arrêt de bus.

Manger à Tam Coc

Tam Coc fût notre seconde déception culinaire. Nous retrouvons les mêmes soucis qu’à Cat Ba, liés à l’afflux touristique de masse :  des tarifs explosés, des cartes similaires à tous les restaurants, une cuisine peu goûteuse. Nous avons néanmoins réussi à apprécier les plats de Father Cooking, un petit restaurant familial sans prétention proposant des spécialités vietnamiennes cuisinées par le grand-père. La qualité et la quantité sont au rendez-vous.

Comment se rendre directement à Tam Coc depuis Cat Ba

Nous avons tout simplement demandé à notre auberge à Cat Ba de nous réserver un bus jusqu’à Tam Coc. Pour 10$ / personne, nous avons pris le bus de Cat Ba centre jusqu’à l’embarcadère au nord de l’île (1h de route), le ferry / speed boat jusqu’à Haiphong (30 minutes), puis un dernier bus jusqu’à Tam Coc (4 heures de route).

*************

Malgré un afflux touristique important et un esprit plutôt malhonnête des habitants qui m’ont quelque peu déçue, j’ai cependant adoré les décors naturels que nous offrent la région, et encore une fois la gentillesse de la famille Tham qui a contrebalancé notre opinion sur les vietnamiens. Après 2 journées bien remplies nous prenons le bus de nuit vers Huê, en croisant les doigts pour retrouver le soleil et la chaleur qui nous avaient quitté 2 jours avant ! ⛅

Tam Coc - Baie d'Halong Terrestre

Tam Coc – Baie d’Halong Terrestre

Notre séjour à Tam Coc en Vidéo

Les points d’intérêts de Tam Coc

Share: