Après avoir explorer l’ïle Maurice en 2015, nous prenons cette fois le large direction des îles de la Malaisie, à la conquête de plages plus sauvages, plus authentiques, en espérant cette fois plonger dans un océan où la faune vit encore. Après un choix difficile à faire parmi toutes les îles paradisiaques que la Malaisie offre, nous avons choisi de passer une semaine sur les îles Perhentian, et plus précisément sur la plus grande île, Besar, réputée pour son calme et adorée des jeunes couples en lune de miel. A titre d’information, Kesil, la plus seconde est plus petite île, est en revanche la destination lieu favorite des backpackers venus faire la fête. Les hôtels y sont très animés.

Après 1 de route depuis l’aéroport et 1h de bateau rapide, nous arrivons sur les lieux en fin de matinée, sous un soleil de plomb. L’île, pourtant peu grande, est couverte d’une épaisse forêt tropicale. De nombreux coquillages viennent s’échouer sur la plage au sable jaune et doux, ce qui rend la démarche à pieds nus difficilement élégante. L’île se baigne d’une eau d’une pureté et d’une transparence sans égal.

Nous avons choisi de séjourner au Bubbles Resort, d’une part pour sa situation isolée (tous les autres hôtels sont situés sur coté ouest de l’île), mais aussi pour ses valeurs écologiques visant à protéger l’environnement des îles.

Le Bubbles Dive Resort

Le Bubbles Dive est un éco-resort authentique, charmant et convivial. Son équipe dynamique, jeune et disponible y est pour beaucoup.
Les chambres sont spacieuses, et la douche à l’air libre typique est très agréable. Chaque bungalow possède une petite terrasse privée occupée par de confortables chaises mi-longues. Seuls une quinzaines de bugalows sont installés, ce qui limite le nombre de clients, le surpeuplement de la plage, et préserve le calme et l’intimité du lieu. En guise de décoration, de nombreux geckos viennent se figer sur nos murs et hululent de temps à autre de petits cris étranges pour nous rappeler leur présence. La cantine propose une cuisine occidentale et malaisienne généreuse et variée. C’est d’ailleurs ici que nous avons dégusté le meilleur Nasi Lemak de notre voyage.

Sa plage privée, son plus bel atout, est totalement dénudée d’installations (parasols, chaises,…). Nous y trouvons juste le sable, la mer, quelques balançoires et des hamacs. Aucun bateau à l’horizon, la vue totalement dégagée, le silence est au rendez-vous. 

Le Centre de conservation des tortues

Le centre de conservation des tortues attenant l’hôtel entretien quotidiennement la plage pour favoriser la nidification des tortues. Leur objectif est d’augmenter le taux d’éclosion des œufs, d’année en année. Le taux d’éclosion des œufs est aujourd’hui de 95%, un taux bien supérieur à la moyenne ! Enfin, ceux-ci maintiennent et protègent la santé du récif corallien de l’île, tout en éduquant les clients de l’hôtel sur l’importance des tortues marines et du corail.

Les activités proposées par le centre :

  • Tous les soirs à 20h30, une conférence est proposée à tous les nouveaux clients de l’hôtel afin de présenter le centre, leur projet et leurs valeurs, tout en les sensibilisant sur les menaces que rencontrent les tortues.
  • L’équipe du centre propose également aux clients d’observer les tortues durant la nuit en cas d’éclosion d’œufs ou de nidification. De petites tortues en bois pendent sur chaque bungalow, afin d’indiquer aux membres du centre s’ils doivent nous réveiller ou non.
  • Le centre forme également les non initiés à la plongée en bouteille, et propose des excursions d’exploration de la faune marine des alentours. Un excellent moyen de découvrir la plongée, accompagné par de vrais passionnés de la vie marine.

 

1 île, 15km², 3 activités

#1 Trekking

2 départs de treks sont accessibles à partir de l’hôtel. Le premier dure environ 2 heures, le second dure plus de 4 heures et se compose d’un chemin plus complexe à parcourir.

Nous avons suivi le sentier de 2 heures. Sous une humidité à plus de 90%, la randonnée se rythme par l’escalade de branches cassées et de grands rochers. Nous rencontrons de beaux et grands arbres tropicaux, une végétation épaisse et dense, des varans peu enclins à la fraternité, de grosses fourmis, d’habiles écureuils, de rares et curieux petits singes noirs (semnopithèques) et une foison de toiles d’araignées. Les rayons du soleil transperçant les arbres créent quand à eux de fabuleux écrins de lumière, nous plongeant dans une atmosphère presque surnaturelle.

Les chants d’oiseaux tropicaux font écho à travers la jungle, agrémentant le chahut de millions d’insectes : certains stridulent un bruit métallique à intervalles réguliers, d’autres émettent des sons aiguës en continue.

#2 Snorkeling

A peine entrés dans l’eau, il suffit de plonger la tête sous l’eau pour observer la vie animée des fonds marins. De petits poissons tropicaux dansent sur les plateaux coralliens, tandis que de plus grands spécimens visitent les fonds rocheux .

Nous croiserons une foule de poissons que nous n’aurions jamais cru voir à l’état sauvage : requins, poissons chirurgiens, poissons napoléons, poissons-anges, balistes, ainsi qu’une horde de poissons perroquets luisants sous les reflets du soleil. Nous sommes éblouis face à l’intensité et la variété de couleurs de cet immense aquarium naturel.

#3 Chilling

A l’ombre des cocotiers, bercés par les mouvements du hamac et par le chant des vagues, il suffit de contempler la carte postale se tenant face à nous pour se sentir au paradis. Tous les ingrédients édéniques sont réunis en ce même lieu : une eau turquoise translucide, un sable infiniment doux, des rochers granitiques sculptés par le vent, ainsi qu’une végétation tropicale luxuriante.

Comment se rendre aux îles Perhentian ?

Nous avons pris l’avions depuis Kuala Lumpur jusqu’à l’aéroport de Kota Bharu (11$ l’aller). Notre hôtel a ensuite pris en charge notre transfert jusqu’à l’île moyennant 70 ringitts par personne. Une voiture nous a conduit jusqu’à l’embarcadère de Kuala Besut (1h de route), où nous avons pris un bateau privé pour atteindre l’hôtel (45 minutes de traversée). L’hôtel étant isolé des autres resorts de l’île, le passage par un bateau privé est obligatoire car le ferry ne s’y arrête pas.
NB : A l’embarcadère, une taxe supplémentaire dédiée à la préservation du parc naturel marin des Perhentian est réclamée (30 ringitts par personne).

Notre séjour aux îles Perhentian fût un beau moment de communion avec la nature, loin du monde agité, loin de tout, où seule la sérénité règne. Je recommande ce lieu à toute personne prête à se délaisser d’un certain confort pour séjourner d’un endroit authentique, presque sauvage, et surtout préservé du chaos touristique des habituels resorts 👍🏻

Share: