Hanoï, première étape de notre grande aventure de cette année 2017. Après 14 heures de vol, nous arrivons. Un air étouffant et un temps grisâtre nous accueillent à notre arrivée. Après une attente d’une heure pour obtenir nos visas, nous grimpons hâtivement dans un taxi, direction le centre-ville.

Que faire hanoi

Hanoï – Vieille ville

Découverte de la ville

Hanoï est une ville débordante d’énergie à l’heure de la mondialisation, contrastant entre histoire et dynamisme.
Dans ses petites ruelles aux façades délabrées, on y trouve des marchands de rue au beau milieu de l’afflux des scooters, d’innombrables restaurants de rue bloquants l’accès aux trottoirs, et des klaxons assourdissants en guise de fond sonore.

Malgré la forte déstabilisation que ce chaos organisé nous a procuré au premier égard, nous avons réussi à apprécier l’authenticité et le charme de la ville qui regorge de trésors cachés.

Tout ce vacarme contraste par ailleurs avec le calme déconcertant des vietnamiens. Les piétons traversent la rue au milieu des scooters sans sourciller, tandis que les scooters les évitent sans laisser paraître de signe d’énervement. Les rabatteurs qui nous abordent ne sont ni insistants ni agressifs, comme nous avions pu le voir en Chine. Un simple « non » de la main leur suffit pour leur faire comprendre que nous ne sommes pas intéressés.

Le week-end, les ruelles alentours au lac se ferment à la circulation, et laissent place à une foule de vietnamiens venant promener leurs animaux de compagnie et distraire leurs enfants.
Les activités de l’association »MyHanoi » prennent place tout autour du lac. Créée par la ville en 2006, elle a pour but de remettre au goût du jour les jeux vietnamiens d’antan : corde à sauter, tir à la corde, jeux de billes, etc..

Tout le monde se prête à ces jeux qui déclenchent de grands rires et de beaux sourires. La ville aux airs bruts se dévoile sous un autre visage, plus enfantin, plus familial, plus humain.

Nous nous faisons également aborder par de jeunes vietnamiens très ouverts souhaitant travailler leur anglais en discutant avec des étrangers. Un excellent moyen pour nous de les questionner et d’en apprendre plus sur Hanoï, ainsi que la culture vietnamienne.

Si vous prévoyez de visiter Hanoï, je vous conseillerai mille fois de vous y rendre le week-end. Nous avons réellement vu la ville autrement et avons appris à connaître les vietnamiens sans les barrières du commerce et de l’intéressement générés par le tourisme.

Lieux / Visites / Activités

De nombreux lieux sont à visiter dans ce musée à ciel ouvert. Parmi nos visites favorites nous retrouvons :

La cathédrale Saint-Joseph : Malheureusement mal entretenue en extérieur, cette cathédrale élancée à l’architecture travaillée domine une petite place charmante, où nous avons apprécié nous arrêter pour y boire un café.

Le lac Hoan Kiem : Notre coup de coeur d’Hanoï et lieu favori pour venir reposer nos pieds fatigués de nos longues promenades. Le rythme soutenu de la vieille ville semble contraster avec ce vaste lac générant tranquillité et apaisement. Ici, les hommes âgés se rassemblent pour discuter, pêcher, et jouer aux cartes, tandis que les musiciens de rue viennent y jouer quelques notes. A la tombée de la nuit, une seconde visite des lieux s’impose pour admirer les lumières qui s’illuminent sur le pont en bois laqué rouge qui mène au temple Ngoc Sun.

hanoi vietnam voyage backpacker

Lac Hoan Kiem

Le chemin de fer : Malheureusement non mentionné par les guides, le chemin situé à 2 blocs du musée de la guerre vaut le coup d’être parcouru. Ici, nous ne craignons pas d’être écrasés par les scooters car ils ne peuvent emprunter la voie. Le lieu prend alors des airs de petit village tranquille et rend notre balade très agréable.

Le temple de la Littérature : Un temple où le calme et les senteurs d’encens dominent et nous isolent du vacarme de la ville le temps de sa visite. Malgré sa sobriété et sa simplicité architecturale (comparé aux temples chinois), celui-ci mérite d’être visité.

Le musée de la guerre : Plus orienté par la victoire des vietnamiens que par le récit des guerres qu’a connu le pays, le musée reflète la grande fierté que porte le peuple du Vietnam à sa patrie.

Le musée de la femme : Un incontournable pour apprendre à mieux connaître la culture vietnamienne et ses minorités ethniques.

La savoureuse cuisine de rue d’Hanoi

Hanoi est à mon sens la ville parfaite pour découvrir la richesse culinaire que nous offre le pays.

Il est très facile de trouver des endroits locaux où manger. La majorité des Vietnamiens ont pour habitude de manger dans des gargotes, assis sur des petits tabourets en plastique sur le trottoir. Ces petits restaurants de rue ne peuvent accueillir que quelques personnes, et proposent des plats uniques préparés sous vos yeux. Puis, en cas de petite faim au cours de la journée, les marchandes de rues se feront un plaisir de vous vendre leurs fruits frais qu’elles portent admirablement dans leurs balances.

Nous avons eu plaisir à découvrir la cuisine locale de rue, pleine de saveurs et bon marché. Les arômes des plats sont décuplés grâce à l’utilisation de nombreuses herbes aromatiques. Cependant, si comme moi, vous n’êtes pas adeptes de la coriandre, il faudra faire abstraction car cette herbe est quasiment utilisée dans tous les plats. Parmi les plats que nous avons goûté, font partie de nos favoris :

  • Le Bun Cha est un délicieux plat typique d’Hanoi composé de vermicelles de riz, de viande de porc, d’herbes et de sauce au poisson.
  • Les soupes Phở Bò, un mélange de boeuf, de pâtes fraiches, et d’herbes, le tout dans un bouillon clair parfumé
  • Le Banh bao, souvent vendus en bord de route, sont des brioches à la vapeur farcie au porc et aux champignons. De vrais délices !
  • Le Bò bún est un plat à base de vermicelles de riz froides, de crudités, de diverses herbes aromatiques et de lamelles de bœuf sauté à la citronnelle juste poêlées avant de servir.
  • Les Rouleaux de printemps (ou d’été)  (Gỏi cuốn). Tout comme l’on peut en trouver en France, ces rouleaux sont composés de vermicelles de riz, de tranches de poitrine de porc, de crevettes, de pousses de sojas, et de menthe. Ils se mangent avec une sauce d’accompagnement  à base de pâte de fèves de soja fermenté et d’épices.
  • Les rouleaux de printemps fris (ou communément appelés Nems)  qui ne connait pas ces petits rouleaux frits à base de galette ou feuille de riz à la farce de porc haché, de crevettes, de crabe ou de poulet que l’on déguste avec une feuille de salade et des herbes aromatiques exotiques, trempés dans la sauce de saumure de poisson aigre-douce ?
  • Les Banh mi : Inspiré du sandwich français, ces sandwiches vietnamiens sont garnis de viande ou de légumes, de crudités aigres-douces et fraîches, et parfumé à la coriandre et au piment.
  • Le Egg Coffee : Une boisson intrigante qui mélange à merveille des saveurs différentes, formant un «superbe cocktail», chaud, brun doré, parfumé. Sa particularité vient du jaune d’œuf de poule qu’on fouette avec de la crème avant de l’ajouter au café bien chaud

Où manger bon marché à Hanoi ?

Le prix des plats varie entre 25 000 dongs (soit 1 euros) et 70 000 dongs (presque 3 euros), pour les plus élaborés. Nous avons classé parmi les meilleurs restaurants :

  • Le new day : Nous avons eu la chance de manger dans une salle typique, assis par terre sur des coussins. Un large choix de plats nous est proposé, et les prix sont très abordables.
  • Bun Bo Nam Bo : Un petit restaurant de Street food qui ne sert que des plats uniques et typiquement Vietnamiens.
  • Pho 10 : Ce restaurant à plat unique est un spécialiste dans les soupes Pho bo, préparées en quelques secondes sous vos yeux.
  • Xio Yen : Une vraie petite gargotte où l’on s’assoie sur des petits tabourets en plastique à même du sol. Elle propose des bols de riz garnis de plusieurs ingrédients à base de viande (saucisses asiatiques, miettes de porc, poulet…), d’oeufs et de filets de coton. Même si nous n’avons pas eu un grand coup de coeur pour le plat, celui-ci nous a tout de même permis de découvrir de nouvelles saveurs et de combler notre estomac par un plat bien consistant et peu cher (1,50€)
  • Le Café Pho Co : Le seul endroit où déguster un vrai egg coffee tout en profitant d’une superbe vue sur le lac Hoan Kiem (le café est caché derrière une boutique de vêtements)

Dormir à Hanoi

Nous avons séjourné au Camel City Hôtel, une pension familiale de moyenne gamme aux prix légèrement élevé (22€/nuit) de par son emplacement. Celui-ci est situé en plein centre de la vieille ville, dans une rue parallèle aux bars et restaurants de Pho Ta Hien et à quelques minutes de marche du lac. Malgré quelques nuisances sonores dues à l’animation nocturne des rues voisines et un confort des chambres plutôt sommaire, le personnel est très accueillant et les chambres spacieuses.

Budget

  • 22€/nuit à l’hôtel Camel City Hotel
  • Environ 10€/ jour de repas pour 2 personnes
  • 1,50€ pour les bouteilles d’eau

Frais supplémentaires :

  •   1,50€ de Laundry (nettoyage du linge)
  • 15€ de taxi (transfert aéroport – hôtel)

Nous avons dépensé environ 33,5€ par jour pour 2 personnes, soit 17€ par jour et par personne.

Nous avons au total passé une semaine complète à Hanoï, ce qui nous a permis de visiter la ville à petit rythme, de nous remettre du décalage horaire et de nous acclimater en douceur à la vie citadine vietnamienne. Nous quittons maintenant le vacarme de la ville pour l’Île de Cat Ba, la plus grande île de la région de la baie d’Halong….

Nos points d’intérêts à Hanoi

Share: