Je vous invite à écouter ce léger fond musical durant la lecture pour une meilleure immersion 🙂

Nous avons longtemps hésité à visiter les grottes de Batu, de par de leur distance éloignée du centre-ville. Cependant à notre arrivée sur les lieux, nous n’avons pas une seule seconde regretté notre choix. Nous nous retrouvons face à d’immenses statues hindouistes, une colline de calcaire de 100m d’altitude et un spectacle de saris traditionnels colorés.

Pour animer le tout, des centaines de singes presque domestiqués se faufilent entre nos jambes et engloutissent les offrandes sous l’oeil amusé des visiteurs.

Une imposante statue de Muruga de 42m de hauteur se tient fièrement devant l’escalier, illuminant le site de sa couleur dorée. Erigée en 2006, elle est la plus grande statue de Murugan au monde, qui est le dieu de la guerre dans la religion hindou.

L’histoire de Muruga : Armé d’une lance magique appelée le ‘Vel’ que Shiva, son père son offrit, Muruga se lança dans une lutte sans merci qu’il gagnera avec succès. Ses adversaires, Tarakan, Singhamugan et Soorapadman personnifient respectivement la luxure et les bas instincts, la nature illusoire des choses matérielles et l’égo, maux contre lesquels tout hindou doit combattre pour atteindre l’état suprême de l’évolution spirituelle.

Quelques 272 marches sont à grimper pour atteindre l’intérieur des grottes, sous le regard attentif des singes. Ces opportunistes ne se gênent pas pour barrer la route à certains visiteurs pour leur réclamer leur nourriture. Si votre sac contient quoique ce soit de consommable, soyez certain d’arriver au sommet les poches vides.

Lors de notre venue, les grottes étaient en travaux. L’entraide étant de mise, chaque visiteur reçu 2 sceaux de sable à transporter en haut des escaliers, pour aider au chantier des rénovations. Sous une chaleur humide à 35 degrés, effectivement, c’est lourd, mais c’est pour la bonne cause !

Arrivés au sommet, nous tombons (des gouttes de sueur) mais aussi des nues devant l’immensité de ces grottes qui nous donnent le vertige. Les odeurs d’encens jaillissent, la musique traditionnelle hindou résonne. Heureusement, nous sommes rafraîchis par de nombreuses gouttes d’eaux tombant de la cime des pics rocheux. L’intérieur est aménagé par des sculptures représentant des scènes du Ramanaya. . Au fond du sanctuaire naturel, nous prenons le temps d’une pause pour observer les rituels hindous qui ont lieu dans le temple, lui-même éclairé par un puit de lumière naturel.

Les fidèles offrent à la divinité des fleurs colorées fraîchement cueillies ou tressées en guirlande, des bougies, et parfois même leurs cheveux. En déposant ceux-ci, les fidèles récitent des invocations à la divinité en accomplissant des mudras (gestes de la main propitiatoires).

Avant de visiter les lieux

  • Les femmes doivent se couvrir des épaules aux genoux. Le cas contraire, vous serez comme moi contraintes d’acheter un paréo à 5 ringgits, sachant que 2 ringitts vous seront rendus si vous ramenez le paréo à la fin de la visite.
  • Il faut prévoir environ 2 heures pour visiter les lieux, en prévoyant plusieurs arrêts pour observer les rituels.
  • Si vous vous rendez aux Batu Caves au 10e mois du calendrier hindou, soit fin janvier-début février, vous pourrez assister à la cérémonie du Thaïpusam. Des milliers d’indiens y viennent alors pour expier leurs pêchés, par flagellation… et demander le pardon de Muruga. En revanche, évitez cette période si vous n’aimez pas les fourmilières humaines !

Se rendre à Batu Caves

Le moyen de transport le plus rapide et économique reste le train KTM Komuter qui relie la station KL Central à la station Batu Caves. Le train est propre, moderne et spacieux.
Pour 5 ringgits l’aller, le trajet dure 30 minutes nous dépose directement en plein coeur du site.
NB : Certaines rames du train sont mixtes, d’autres uniquement réservées aux femmes !

Je peux désormais confirmer que Batu Caves est une étape incontournable lors d’un séjour à Kuala Lumpur, notamment pour tous ceux qui n’ont encore jamais visité l’Inde. Ce pèlerinage de quelques heures offre un vrai dépaysement culturel, un somptueux décor montagneux, ainsi qu’une courte escale au cœur des terres colorées et spirituelles Indiennes.

Share: